International

Régime sucrier de l’UE

Par une sentence prononcée en 2005, l’OMC enjoignait l’UE de baisser de près de 5 millions de tonnes ses exportations de sucre, car le sucre subventionné déversé sur les marchés faisait baisser artificiellement le prix sur le marché mondial. L’UE qui était, jusque-là, le deuxième exportateur mondial de sucre devait fondamentalement modifier son régime sucrier. Elle a dès lors réduit la production de betteraves, introduit des quotas d’exportations et d’importations et diminué de 40% le prix des betteraves et du sucre. Les pertes de revenu des agriculteurs ont été partiellement compensées par des paiements compensatoires.  La réforme a eu pour effet de réduire d’un tiers la surface betteravière (700'000 ha). Sur les 186 sucreries en activités, 80 ont fermé leur porte et cinq pays ont totalement abandonné la production. L’UE est alors devenue importateur net de sucre.  

Ayant pour objectif d’augmenter à nouveau son auto-approvisionnement et améliorer la compétitivité, l’UE a décidé, en décembre 2017, d’abolir la limitation de la production de sucre et d’isoglucose (13,5 millions de tonnes de quota sucre, 0.72 millions de tonnes d’isoglucose) et de supprimer le prix minimal des betteraves sucrières (26.29 euros). La libéralisation du marché a mis fin à la limitation des exportations de 1.35 million de tonnes de sucre imposée par l’OMC.

A la suite de cette décision, les sucreries ont accru leur capacité de travail et la surface betteravière a  augmenté dans la plupart des pays de l’UE. Cette hausse de la production tombait en même temps que des conditions climatiques très favorables à la croissance des betteraves. Ce qui a eu pour conséquence une production de sucre de 21 millions de tonnes en 2017, soit une quantité bien supérieure aux besoins indigènes de l’UE. Cette surproduction coïncidait avec une baisse des prix sur le marché mondial. En août 2019, le prix du sucre de l’UE atteignait son niveau le plus bas de ces dix dernières années avec 320 euros par tonne.

Dès 2020, la compétitivité qui faisait rage entre les sucreries a eu pour conséquence de nouvelles fermetures d’usines en Europe. En 2019, la surface betteravière reculait légèrement pour s’établir à 1.6 million d’hectares.

Liens :

Lien CIBE http://www.cibe-europe.eu/Home

Lien observatoire des marchés de l’UE: https://ec.europa.eu/info/food-farming-fisheries/farming/facts-and-figures/markets/overviews/market-observatories/sugar